Les 5 Meilleurs Livres De Neil Gaiman

« Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois » dit-on.

Mieux, je dirai que lire est l’uniquement moyen de vivre des vies qu’on ne vivra jamais. Plonger dans un monde fantastique peuplé de créatures oniriques n’est possible que par le biais d’univers de fictions que certains auteurs comme J.K Rowling, C. S Lewis ou encore Terry Pratchett ont réussi à sublimer. Si les oeuvres d’un de ces auteurs vous ont fait rêvé, il est possible que la plume de Neil Gaiman vous séduise aussi.

Qui est Neil Gaiman?

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Neil Gaiman est un auteur britannique prolifique et polyvalent écrivant prinipalement de la fantasy. Au départ, évoluant dans le milieu du journalisme, il finit par abandonner cette voie au profit de l’écriture et entame son premier ouvrage.

Néanmoins, ce n’est pas ce premier ouvrage qui le rendra célèbre. C’est sa série Sandman publiée par DC comics dans les années 1990 qui le fera vraiment connaître du grand public.

A ce jour, Neil Gaiman a reçu de nombreux prix, a écrit de nombreux essais, livres ou séries adaptés en Bande dessinée ou encore en série TV.

Vous voulez savoir quels sont ses meilleurs livres? Alors vous êtes au bon endroit !

Sommaire

    AMERICAN GODS : Son Livre Le Plus Populaire

    Si vous êtes fans de séries américaines, vous avez sûrement déjà entendu parler de la série TV American Gods distribuée par Lionsgate. Il est tiré du livre de Neil Gaiman qui porte le même nom. Mélange de fantasy urbaine, de mythologie et de réalités américaines, American Gods est un livre assez particulier qui donne une nouvelle définition au mot qu’est la déité.

    Il est également le livre le plus populaire de Neil Gaiman. Mais pourquoi un livre aussi atypique est-il l’un des meilleurs livres de cet auteur?

    American Gods c’est l’histoire simple mais relativement entremêlée des dieux. Dit comme ça, ça paraît comme une des ces nombreuses autres histoires de mythologie classique. Erreur. C’est un récit non linéaire, fort mélange de road trip, de vie urbaine et de banlieue américaine le tout saupoudré de dieux qui n’en n’ont pas vraiment l’air.

    Ombre, vient de sortir de prison. Mais, il n’a pas le temps de pleinement profiter de sa libération, il apprend la mort de sa femme suite à un accident de voiture et découvre qu’elle le trompait avec son meilleur ami, lui aussi décédé dans le même accident. N’ayant plus de raison de se précipiter chez lui et voulant retrouver un semblant de vie normale, Ombre accepte un contrat insolite: devenir le garde du corps d’un personnage pas très net. Commence alors pour Ombre, un long voyage à travers l’Amérique au cours duquel il découvre que son employeur n’est autre qu’une ancienne diété qui mène une quête pas très noble.

    Le genre de livre que l’on lâche difficilement une fois l’avoir commencé !

    L’ETRANGE VIE DE NOBODY OWENS : Une Histoire Touchante

    L’étrange vie de Nobody Owens est un livre Fantastique (dans tous les sens du terme), publié en 2008. A lui seul, il a rafflé plus de 5 récompenses parmis lesquelles le Prix Hugo du meilleur roman 2009.

    C’est une merveilleuse histoire tout public, tant pour les grand que les plus jeunes. Il a d’ailleurs une adaptation en bande dessinée, dessinée par Neil Gaiman lui-même mais scénarisé par Craig Russell. Disney a d’ailleurs acquis des droits d’adaptation au cinéma depuis 2012. Peut-être un film en approche?

    Bref, l’étrange vie de Nobody Owens conte l’histoire d’un jeune enfant qui a échappé à une mort certaine la nuit où un meurtrier du nom de Jack assassine toute sa famille. Orphelin et sans repères, ce grand bébé de moins de deux ans va se frayer un chemin sans le chercher, vers le cimetière le plus proche. Malheureusement ou heureusement, ce cimétière est hanté par des fantômes. Et, c’est le couple Owens, un couple de fantôme qui finit par le receuillir et prend soin de lui.

    Le jeune garçon, différent des autres habitants du cimétière, se verra donné le nom de Nobody Owens, Bod pour les intimes. Nobody, pour signifier sa différence avec les autres, car il est le seul être humain vivant de tout le cimetière. Il aura pour tuteur un être ni vivant ni mort, Silas qui se chargera de le nourrir et l’éduquer. Bod grandira dans ce milieu atypique et commencera petit à petit à marquer sa différence. Il est le seul à changer, tout le monde malgré le temps qui passe reste pareil ce qui ne sera pas pour lui plaîre surtout à l’approche de l’adolescence.

    Quelque part, Jack de la lignée des Jack traque activement Nobody, cherchant à accomplir les sombres desseins qui feront de lui un assassin accompli.

    C’est une ambiance sombre et macabre qui rythme le livre, mais au fil des pages une merveilleuse aventure se tisse, mêlant intrigue fantastique saupoudrée d’une pincée d’horreur.

    J’y vois personnellement quelques points communs avec Harry Potter de J.K Rowling (l’enfant dont le meurtrier de ses parents n’a pas réussi à tuer et qui revient pour finir le « travail »). Aussi une petite similitude avec Mowgli, de  » Le Livre de la Jungle  » de Kipling ; le petit enfant élevé à l’écart des autres humains dans un environnement atypique.

    NEVERWHERE : Un Monde Inimaginable

    Avant d’être le livre à succès qu’il est maintenant, Neverwhere a d’abord été une série télévisée anglaise diffusée en 1996. Le script de la série a bien évidemment été écrit par Neil Gaiman et un nombre de six épisodes ont été diffusés sur la BBC.

    Neverwhere est un livre d’urban fantasy abordant des thèmes qu’on pourrait qualifier de classique mais d’un angle qui est tout sauf commun.

    Richard Mayhew est un adulte tout à fait normal. Adulte responsable, il a un boulot stable, une jolie fiancée qu’il va bientôt épouser, aucun assassin à ses trousses, pas d’embrouilles… bref, une vie somme tout tranquille ! Pas de quoi écrire une histoire encore moins une histoire fantastique me diriez-vous.

    Eh ben, vous l’aurez sans doute deviné : comme tout bon protagoniste de fantaisie, sa vie va basculer.

    En sauvant Porte, une jeune fille blessée à l’épaule qui gisait sur le trottoir, Richard n’aurait jamais imaginé que les conséquences seraient aussi drastiques. Le lendemain, sa fiancée le quitte, on ne le reconnaît plus au bureau et certains n’arrivent même plus à le voir. Rapidement, Richard devient inexistant pour ses proches. Face à cette situation innattendue, monsieur Mayhew découvre qu’il existe un Londres d’En Bas, différent de celui qu’il connaît.

    La « ville d’En Bas », cité souterraine où vit un peuple d’une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant. Plus rien ne le retenant « là-haut », Richard rejoint les profondeurs…

    Un livre poignant et assurément l’un des meilleurs de Neil Gaiman.

    De Bons Présages : Une Collaboration Epique

    Co-écrit avec l’auteur Terry PratchettDe Bon Présages est une histoire atypique sur la relation entre l’enfer et la terre. Sorti en 1990, ce roman peut être considéré comme une parodie d’un autre livre : La Malédiction (The Omen en version originale) de David Seltzer.

    Ecrit sur un ton léger et satyrique, il n’en démeure pas moins sérieux par les thèmes qu’il aborde. Fruit de l’imagination de deux auteurs reputés pour leur univers épiques et délirants, De Bon Présages est un excellent livre qui se veut léger avec un sens de l’humour particulier.

    La fin des temps est là. L’apocalypse est imminente et le jugement dernier s’abattra bientôt sur la terre. Un cocktail de choses qui devrait rendre les natifs du monde souterrain heureux. Mais, un démon et un ange en particulier ne prennent pas cette nouvelle à coeur joie.

    Le démon, c’est Rampa qui après avoir poussé Eve à la tentation coule des jours heureux sur terre, finissant même par apprécier l’humanité. L’ange quant à lui se nomme Aziraphale qui depuis qu’il n’y a plus de jardin d’Eden à garder se plaît à être bouquiniste sur terre.

    Epris de l’humanité, l’ange et le démon décident d’un commun accord de tenter de repousser la fin du monde. Pour cela, il leur faut trouver l’Antéchrist qui grandit quelque part dans les terres d’Angleterre.

    L’Antéchrist, c’est un jeune garçon du nom d’Adam, fils du diable doté de pouvoirs surnaturels. Ne mesurant pas la portée de ses pouvoirs, Adam crée autour de lui les conditions nécessaires pour la fin du monde. Il vit, ne sachant pas qu’il est activement recherché par Rampa et Aziraphale afin d’empêcher l’apocalypse. Mais l’ange et le démon ne sont pas les seuls à la recherche d’Adam, les quatre cavaliers de l’apocalypse (Famine, Guerre, Pollution et Mort) aussi, afin de précipiter l’apocalypse.

    Qui trouvera Adam en premier ? L’apocalypse aura-t-elle lieu ?

    Un ange et un démon qui complotent pour le bien de l’humanité, un antéchrist qui ne se doute pas de ses pouvoirs et les quatres cavaliers de l’apocalypse qui se rassemblent. Un cocktail explosif. L’un des meilleurs livres de Neil Gaiman, à n’en point douter.

    L’OCEAN AU BOUT DU CHEMIN : Une Voie Pertubante

    Et on termine l’aventure avec ce petit livre magique; L’océan au bout du chemin.

    C’est la sublime histoire d’un adulte qui revient sur les traces de son passé, espérant trouver les raisons pour lesquelles il a enfoui ses souvenirs aussi loin au fond de lui.

    Dès les premières pages du roman, on a l’impression de lire une sorte de journal de vie alternant entre le passé et le présent. Très vite, le protagoniste se livre, nous laissant deviner ses pensées, nous présentant ses souvenirs qui sont tantôt vrais tantôt imaginaires, décrivent avec vivacité son enfance.

    Suite à un évènement malheureux, le narrateur retourne dans son village d’enfance. Dans ce village, cette maison qui a bercé son enfance, cet homme d’une quarantaine d’années replonge dans les souvenirs de ses sept ans. Entre ses rires et frayeurs, rêves et cauchemars, on découvre un enfant assez solitaire qui est amoureux de contes fantastiques. Mais, dans cette solitude, il se rappelle de Lettie, Lettie qui lui disait que la mare d’eau au bout du chémin était en réalité un océan.

    Ce n’est pas la seule chose dont il se souvient. Ses souvenirs le ramènent quelque part, dans une fôret atypique avec Lettie qui lui donnait le pas. Il se souvient également des monstres qui l’attaquaient, des créatures mythiques qu’il a vu et des endroits insolites qu’il est sûr (ou presque) d’avoir visité. Même si les souvenirs lui semblent invraisemblabes, il ne peut se résoudre à arrêter de fouiller dans sa mémoire pour essayer de comprendre ce qui rythmait son enfance.

    Au delà des souvenirs et de la réalité actuelle, une question démeure: Pourquoi a-t-il tant enfouis les souvenirs de cette année? Que s’est-il réellement passé pour qu’il enterre autant ces souvenirs?

    L’océan au bout du chemin est un bel ouvrage qui nous fait suivre les traces d’un adulte qui a eu une enfance particulière. Choc, trauma? Comment se justifier à lui-même l’oubli volontaire de certains évènements de sa vie jusqu’à ce qu’il retourne sur les pas de son enfance? Dans tous les cas, il n’est pas trop tard pour parcourir cet océan et découvrir ce qui se cache au bout du chemin. Oui, il n’est pas trop tard pour vous aussi d’entamer le voyage entre les pages de ce livre.

    close

    Hey salut l'addict des livres 👋
    Ravi de vous voir sur le blog !

    Inscrivez-vous pour recevoir des recommandations de livres de qualité dans votre boîte de réception, chaque mois.

    Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.