Liste des Livres de Yasmina Khadra dans l’ordre

Voici la liste de tous les livres de Yasmina Khadra dans l’ordre de parution :

  1. Le Dingue au bistouri, 1990
  2. La Foire des enfoirés, 1993
  3. Morituri, 1997
  4. L’Automne des chimères, 1998
  5. Double blanc, 1998
  6. Les Agneaux du Seigneur, 1998
  7. À quoi rêvent les loups, 1999
  8. L’Écrivain, 2001
  9. L’Imposture des mots, 2002
  10. Les Hirondelles de Kaboul, 2002
  11. Cousine K, 2003
  12. La Part du mort, 2004
  13. La Rose de Blida, 2005
  14. L’Attentat, 2005,
  15. Les Sirènes de Bagdad, 2006
  16. Le Quatuor algérien, 2008
  17. Ce que le jour doit à la nuit, 2008
  18. La Longue Nuit d’un repenti, 2010
  19. L’Olympe des infortunes, 2010
  20. Œuvres, t. 1, 2011
  21. L’Équation africaine, 2011
  22. Les Chants cannibales, 2012
  23. Algérie, (beau-livre, en collaboration avec le photographe Reza), 2012
  24. Les anges meurent de nos blessures, 2013
  25. Qu’attendent les singes, 2014
  26. La Dernière Nuit du Raïs, 2015
  27. Dieu n’habite pas La Havane, 2016
  28. Ce que le mirage doit à l’oasis, Yasmina Khadra et Lassaâd Metoui, 2017
  29. Khalil, 2018
  30. L’outrage fait à Sarah Ikker, 2019
  31. Le Sel de tous les oublis, 2020
  32. Pour l’amour d’Elena, 2021

Faut-il lire les Yasmina Khadra dans l’Ordre ?

Faut-il nécessairement lire les livres de Yasmina Khadra dans l’ordre ?

La réponse est non, à quelques exceptions près…

Yasmina Khadra a écrit une série de romans policiers, celle du commissaire Llob.

Cette série de romans est constituée de 4 livres dont voici l’ordre de parution :

  1. Morituri, 1997
  2. L’Automne des chimères, 1998
  3. Double blanc, 1998
  4. La Part du mort, 2004

Ces quatre livres ont été compilés dans un seul livre : Le Quatuor algérien.

A part ces 4 romans, les romans de Khadra peuvent être lus dans n’importe quel ordre. Aucun roman n’est lié à l’autre par une quelconque intrigue. Il y a juste quelques thématiques fétiches de l’auteur qui reviennent souvent.

Si vous êtes là juste pour la liste des livres de Khadra et leur ordre de publication, vous pouvez vous arrêter là.

Mais si vous voulez en savoir plus sur l’auteur, vous pouvez continuer la lecture. 

Au passage, avant de continuer je vais donner une petite astuce pour ceux qui souhaitent lire les livres de cette liste gratuitement.

Alors oui, vous n’aurez pas de livre papier gratuitement mais plutôt un livre audio ! Les romans et ceux de Yasmina Khadra se prêtent super bien à la lecture audio et si vous ne vous êtes jamais essayé aux livres audio, c’est peut-être le moment d’essayer.

Pour obtenir gratuitement un livre audio de votre choix, il suffit de vous inscrire à Audible.

En vous inscrivant, vos 2 premiers livres audio 100% gratuit. Il ne reste plus qu’à sélectionner le livre de votre choix. Je vous recommande particulièrement « Ce que le jour doit à la nuit« . 😉

Il est normalement payant mais vu que vos deux premiers livres audio vous sont offerts, vous l’aurez gratis :

Qui est Yasmina Khadra ?

Yasmina Khadra est le pseudonyme de l’écrivain algérien Mohammed Moulessehoul.

Son père, officier de l’ALN blessé en 1958, veut faire de lui un soldat en l’envoyant dès l’âge de neuf ans dans un lycée militaire, où il fait toutes ses études avant de servir comme officier dans l’armée algérienne pendant 36 ans. Durant la période sombre de la guerre civile algérienne dans les années 80-90, il est l’un des principaux responsables de la lutte contre l’AIS puis le GIA, en particulier en Oranie.

Moammed Moulessehoul choisit en 1997, avec le roman Morituri, d’écrire sous pseudonyme. Diverses raisons l’y poussent, mais la première que donne Moulessehoul est la clandestinité. Elle lui permet de prendre ses distances par rapport à sa vie militaire et de mieux approcher son thème cher : l’intolérance.

Il démissionne de l’armée algérienne en 2000, pour se consacrer à sa vocation: l’écriture, et choisit de s’exprimer en langue française. Après un court passage au Mexique, il vient s’installer en 2001, en France, où il habite encore aujourd’hui. En 2002 dans « L’imposture des mots », Khadra-Moullessehoul répond aux attaques qui fustigent son passé militaire.

Il choisit de rendre hommage aux femmes algériennes et à son épouse en particulier, en prenant ses deux prénoms, Yasmina Khadra, et ne révèle son identité masculine qu’en 2001 avec la parution de son roman autobiographique « L’Écrivain ». Son pseudonyme féminin est effectivement composé du prénom de son épouse et l auteur déclare, avec beaucoup d amour, à ce sujet : « J’ai choisi le prénom de mon épouse comme pseudonyme par simple reconnaissance, par gratitude ». Et son identité tout entière est dévoilée dans « L’imposture des mots » en 2002. A cette époque ses romans ont déjà touché un grand nombre de lecteurs et de critiques.

Parmi ses ouvrages, on peut citer « Morituri » (Baleine, 1997), « L’automne des chimères » (Baleine, 1998), « A quoi rêvent les loups » (Julliard, 1999) et « Cousine K » (Julliard, 2003), où se déploie le « style Khadra » alliant lyrisme, métaphores inattendues, dépouillement et poésie. Style qui atteint son apogée avec « L’Attentat » (Julliard), retenu par les jurys du Goncourt et du Renaudot en 2005 et titulaire du prix des libraires 2006.

En 2010, l’auteur délaisse pour un temps le sujet du conflit au Moyen-Orient, au cœur des « Hirondelles de Kaboul » (2002) et « Les Sirènes de Bagdad » (2006), pour écrire un conte moral : « L’Olympe des infortunes. »

close

Hey salut l'addict des livres 👋
Ravi de vous voir sur le blog !

Inscrivez-vous pour recevoir des recommandations de livres de qualité dans votre boîte de réception, chaque mois.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.