Liste des livres d’Annie Ernaux et leur ordre de lecture

Annie Ernaux a écrit des romans mais a aussi participé à des ouvrages collectifs. Dans cet article, vous trouverez la liste de tous les ouvrages de l’écrivaine dans l’ordre de parution.

Les romans d’Annie Ernaux

Voici Les romans d’Annie Ernaux dans l’ordre de parution :

  1. Les armoires vides, 1974
  2. Ce qu’ils disent ou rien, 1977
  3. La Femme gelée, 1981
  4. La place, 1987
  5. Une femme, 1987
  6. Passion simple, 1992
  7. Journal du dehors, 1993
  8. Je ne suis pas sortie de ma nuit, 1997
  9. La Honte, 1997
  10. L’Événement, 2000
  11. La Vie extérieure, 2000
  12. Se Perdre, 2001
  13. L’Occupation, 2002
  14. L’Usage de la photo, 2005
  15. Les Années, 2008
  16. L’Autre Fille, 2011
  17. L’Atelier noir, 2011
  18. Retour à Yvetot, 2013
  19. Regarde les lumières mon amour/Raconter la vie, 2014
  20. Mémoire de fille, 2016
  21. Hôtel Casanova, 2020
  22. Le jeune homme, 2022

Les œuvres réunies d’Annie Ernaux

  1. Écrire la vie, 2011

Les ouvrages collectifs d’Annie Ernaux

Voici la liste des ouvrages collectifs auxquels Annie Ernaux a participé :

  1. Instants, 1991
  2. La Névrose de classe. Trajectoire sociale et conflits d’identité, 1992
  3. Acteurs du siècle, 2000
  4. Nouvelles à coucher dehors, 2003
  5. Annie Ernaux : une œuvre de l’entre-deux, 2004
  6. Nomadismes des romancières contemporaines de langue française, 2008
  7. Bernard Desportes autrement, 2008
  8. Écrire mai 68, 2008
  9. L’insoumission en héritage, 2013
  10. Qu’est-ce que la gauche ?, 2017
  11. Pour que droits et dignité ne s’arrêtent pas au pied des murs, 2021

Faut-il lire les livres d’Annie Ernaux dans l’Ordre ?

La réponse est négative ! L’ensemble de la bibliographie d’Annie Ernaux regorge de livres indépendants. Cependant, plusieurs d’entre eux sont inspirés de son parcours personnel. 

Dès les premières pages de La place (1987) ou Le jeune homme (2022), le lecteur plonge tête baissée dans une mare autobiographique.

Les œuvres d’Annie Ernaux ont été listées au début de cet article. Toutefois, ceux qui désirent connaître sa plume peuvent découvrir notre sélection favorite.

  • Les Armoires vides

Les Armoires vides est le tout premier livre écrit par Annie Ernaux. Publié en 1974 chez Gallimard, il permet d’en savoir un peu plus sur l’auteure.

Dès le début, le décor est planté. Le lecteur suit avec assiduité Denise Lesur, le personnage central. Celle-ci attend de subir un avortement suite à une grossesse non-désirée.

Ce texte tant surprenant sur la forme et sur le fond nous plonge dans les méandres de la vie d’Annie Ernaux. À travers Denise, elle met à nu les pensées intimes de ces femmes qui font un choix douloureux : interrompre la gestation.

Par ailleurs, Les Armoires vides sonde son enfance et son adolescence auprès de ses parents. Étant donné qu’ils sont ouvriers, ils appartiennent à une classe sociale inférieure.

Les flashbacks de sa mémoire mettent également à nu le conflit qui oppose les milieux pauvres aux catégories bourgeoises.

En somme, ce livre est un condensé d’affects et d’émotions. Au fil des lignes, le lecteur peut se projeter, visualiser et comprendre le cœur des problèmes sociétaux. 

Je vais vous détailler chaque livre de cette série, mais avant, je vais vous donner une petite astuce pour lire les romans d »Annie Ernaux gratuitement.

Alors oui, vous n’aurez pas de livre papier gratuitement mais plutôt un livre audio ! Les romans se prêtent super bien à la lecture audio et si vous ne vous êtes jamais essayé aux livres audio, c’est peut-être le moment d’essayer.

Pour obtenir gratuitement un livre audio de votre choix, il suffit de vous inscrire à l’offre d’essai Audible de 30 jours, RÉSILIABLE A TOUT MOMENT, SANS FRAIS.

En vous inscrivant, votre premier livre audio est 100% gratuit. Il ne reste plus qu’à sélectionner le livre de votre choix, en l’occurrence Train d’enfer pour ange rouge, si vous souhaitez débuter la série Sharko & Henebelle. 😉

Il est normalement payant, mais vu que le premier est offert, vous l’aurez gratis :

Bonne écoute !

  • La femme gelée

Publié en 1981 chez son éditeur historique Gallimard, La femme gelée est le troisième livre de l’écrivaine française.

Naturellement, il s’inscrit dans le sillage de sa bibliographie. Son côté autobiographique nous permet de répondre à cette question : à quoi ressemblait la vie maritale d’Annie Ernaux ? 

Dès le début, l’auteure retourne aux sources de son existence, auprès de ses parents. Elle confie avoir vécu au sein d’une famille différente des autres.

Pendant que sa mère gérait la petite épicerie familiale, son père restait à la maison afin de s’occuper des tâches ménagères. 

La petite Annie pense donc (à tort) qu’il s’agit du fonctionnement classique d’un domicile familial. Il n’en est rien ! À cette époque, la vie est organisée autour d’une société patriarcale stricte, sans échappatoire possible.

Toutefois, l’étudiante qu’elle devient garde espoir. Pour perpétuer le modèle parental, elle décide de rechercher un compagnon moderne. Hélas, le mari idéal révèle peu à peu sa véritable nature patriarcale.

Jeune maman, Annie Ernaux devra puiser dans sa force et son courage afin d’accomplir ses objectifs personnels. Heureusement, son abnégation infaillible la conduit jusqu’au succès ! Le CAPES en poche, La femme gelée peut désormais penser à l’avenir.

  • Une femme

Cette fois-ci, Annie Ernaux n’est pas au centre de son ouvrage ! Dans Une femme, l’auteure nous emmène à la rencontre de sa mère.

Issue d’un milieu social modeste, la maman ne cesse de joindre les deux bouts. Elle commence sa carrière professionnelle en tant qu’ouvrière, comme son mari.

La rudesse de la vie ne lui laisse aucun répit. Mais au fil des années, le couple réussit à se constituer un petit pécule.

Ce trésor financier constitue le point de départ du renouveau tant attendu. L’ouvrière et son époux se reconvertissent et deviennent des commerçants.

Dès lors, la petite épicerie devient la principale source de revenus. Chose inédite pour l’époque, Une femme reste à la tête du commerce, tandis que le mari prend en charge le quotidien du foyer ainsi que les tâches ménagères. 

Annie Ernaux célèbre une mère hors du commun, qui s’est hissée en haut de l’échelle grâce au travail. Ce récit autobiographique tendre relate aussi la jeune enfance de l’écrivaine.

  • Les Années

Les Années se place définitivement dans le sillage de son premier livre intitulé Les Armoires vides. Ici, Annie Ernaux revisite brillamment le style autobiographique.

Publié en 2008 par la maison d’édition Gallimard, Les Années a obtenu de nombreuses récompenses littéraires : les prix de la langue française, Marguerite-Duras, François-Mauriac de la région Aquitaine et le Strega européen.

En plus de ce palmarès impressionnant, il a été nominé pour le prix France Culture-Télérama  en 2008, et le prix des Lecteurs du Télégramme en 2009.

En réalité, cet ouvrage est un morceau choisi des souvenirs de l’auteure de sa petite enfance en 1941 jusqu’en 2006. 

Mais contrairement à ses autres livres, Annie Ernaux a fait le choix de prendre du recul, d’observer à distance l’enfant, l’adolescente et la femme qu’elle fut.

Rédigé à la troisième personne du singulier, le texte devient à la fois personnel et impersonnel, intime et étranger. À cela s’ajoute la pléthore d’affects qui densifient ce livre.

Lors de sa publication, les critiques furent unanimes. D’ailleurs, le journal français Le Monde l’a sélectionné parmi les “100 romans qui ont le plus enthousiasmé “Le Monde” depuis 1944”. Une véritable prouesse ! 

La Place : le meilleur livre d’Annie Ernaux ?

S’il fallait lire une seule œuvre d’Annie Ernaux, La Place viendrait certainement en tête de liste ! Il s’agit d’un roman à caractère autobiographique publié en 1983 chez l’éditeur français Gallimard.

La Place est aussi connu pour avoir remporté le prestigieux prix Renaudot en 1984, un an après sa publication. Une véritable consécration pour cette immense autrice !

Au début, le récit évoque un fait personnel de sa vie : la mort de son père. L’ancien ouvrier devenu épicier occupe une place à part dans la vie de sa fille bien-aimée.

Afin d’éviter le mélodrame, l’écrivaine décide de raconter son papa à travers un texte singulier. Pas de larmes ni de douleurs. Juste une écriture froide, plate, dénuée d’affects.

En prenant du recul, Annie Ernaux permet au lecteur de connaître l’homme qui a façonné son quotidien d’aujourd’hui.

Lors de certaines interviews, elle affirme avoir écrit ce livre en quelques mois, de novembre 1982 à juin 1983. 

Le texte serait “né de la douleur d’avoir perdu [son] père”. Mais grâce à cette succession de mots justes, elle effectue également un travail de mémoire poussé. 

Par ailleurs, La Place regroupe des souvenirs du temps de son enfance et de son adolescence…

Un must-read de toute urgence !

Qui est Annie Ernaux ? 

Annie Ernaux (de son nom de naissance Annie Duchesne) est une écrivaine, professeure et femme de lettres française.

Née le 1er septembre 1940 à Lillebonne, elle a grandi et étudié à Yvetot, une petite commune normande de la Seine-Maritime.

L’enfance d’Annie Ernaux est marquée par ses origines sociales. En effet, ses parents sont des ouvriers qui se sont reconvertis en commerçants au fil des années.

Néanmoins, la petite évolue tranquillement dans cet environnement modeste. Après l’obtention de son baccalauréat, Annie Ernaux poursuit ses études à l’université de Rouen et celle de Bordeaux. 

Son parcours sans faute la conduit jusqu’à un poste de professeure certifiée. Ensuite, une agrégation en lettres modernes donne un nouveau coup d’éclat à sa carrière professionnelle.

À partir de 1970, elle enseigne dans des établissements secondaires : le lycée de Bonneville, le collège d’Évire à Annecy-le-Vieux.

Plus tard, l’autrice intègre le Centre national d’enseignement à distance (CNED) où elle exercera pendant des années.

En littérature, Annie Ernaux privilégie le style autobiographique. La plupart de ses textes sont inspirés de son passé et de son vécu actuel. Au final, 22 livres, des entretiens et des œuvres collectives enrichissent sa bibliographie. 

Sa carrière littéraire est auréolée des récompenses suivantes :

  • Prix Renaudot (1984) ;
  • Prix Maillé-Latour-Landry (1984) ;
  • Prix Marguerite-Duras (2008) ;
  • Prix François-Mauriac (2008) ;
  • Prix de la langue française (2008) ;
  • Prix Strega européen (2016) ;
  • Prix Marguerite Yourcenar (2017).
close

Hey salut l'addict des livres 👋
Ravi de vous voir sur le blog !

Inscrivez-vous pour recevoir des recommandations de livres de qualité dans votre boîte de réception, chaque mois.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.